Comme je l’avais annoncé au tournant de l’année, la (re)publication des lettres de Louis Chevrier de Corcelles est prévue dans les prochaines semaines, chez Edhisto, sous le titre « En mémoire d’un fils ».

Ce sont 87 lettres, commentées et annotées de 440 notes de bas de page, précédées d’une introduction et d’une biographie, ainsi que 37 illustrations (dont plusieurs transmises par la famille de Corcelles) et une carte, le tout sur 198 pages, qui forment ce récit remarquable. Dans mes commentaires et annotations, j’ai souhaité d’abord fournir les explications indispensables sur les personnes citées ainsi que les références pointues de cet « aspirant » à l’école des Chartes. Mais ces indications indispensables ont été enrichies d’une mise en perspective avec les écrits d’autres sources et de combattants du régiment, notamment le commandant Barberot, le capitaine Cornet-Auquier, les soldats Fénix et Comte, le médecin Joseph Saint-Pierre… Lire la suite »


Carte de Voeux 1915

Les écrits du soldat Louis Chevrier de Corcelles sont une source précieuse sur la vie au sein du bataillon Barberot. Publiés après sa mort dans un recueil par son père (A la mémoire de mon fils Louis. Aspirant du 23ème d’infanterie tombé pour la France, à 21 ans à Maurepas (Somme), le 30 juillet 1916. 86p. Imprimerie Protat-Ambutrix, 1921), ils donnent de nombreuses précisions sur les épisodes de combats comme de vie quotidienne que les hommes du bataillon traversent. J’avais publié sur ce blog le récit de la prise de la cote 830. La transmission de l’intégralité de l’ouvrage par un membre du forum 14-18 (que je remercie vivement) est l’occasion, pour cette nouvelle année, de publier ce qu’il écrivit sur cette même période fin 1914 puis fin 1915 (pour d’autres témoignages, un article avait été publié l’année dernière sur la Bonne Année 1915 ? du bataillon Barberot, ainsi qu’un autre sur le Noël 1914 du 3e bataillon).

J’adresse à tous mes lecteurs mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2017 ! Lire la suite »


Comment se déroule le passage vers la nouvelle année 1915 pour le bataillon Barberot ? Relevé le 30 décembre sur les positions du Spitzemberg après y avoir passé Noël, le bataillon est envoyé au repos à Marzelay, près de St Dié. Le casernement n’est situé qu’à quelques kilomètres du front. Certaines cartes postales envoyées par des poilus indiquent d’ailleurs leur position, mais aussi celle de l’ennemi. Lire la suite »