(suite de l’épisode 2 – Cote 627 – La Fontenelle)

Après la visite du site de La Fontenelle, je pars en direction du deuxième site tant mentionné par le commandant Barberot dans ses courriers : le Spitzemberg et la montagne de l’Ormont. Il occupera cette zone, après la cote 627, pendant plusieurs mois, et y procédera à de nombreux aménagements. Ses courriers décrivent en détail la position qu’il aménage. Il mentionnera peu de Ruine de Gemainfaingcombats, seulement des échanges de tirs.

Sur la route, je croise le hameau de Gemainfaing. Sur ce site aussi, le 133e RI et le bataillon Barberot ont effectué de longs aménagements en septembre/octobre 1914. Le guide Michelin indique que le vieux village est resté en ruïne. Je le recherche donc, mais ne croise que de nouvelles maisons et une grande ferme. Seul une bâtisse ancienne sans toit, que côtoie une maison plus récente peut être vu. Mais est-ce bien une ruïne de 1914-1918 ? Lire la suite »


Je commence mon arrivée à Nancy en train, où je récupère une voiture. Mon premier objectif est de rejoindre la vallée du Hure, Saint-Jean d’Ormont puis le site de la cote 627 – La Fontenelle. Comme la fois précédente, je suis frappé sur la route de la « platitude du parcours » vers Saint-Dié. On comprends qu’en 1914, la défense des cols vosgiens ait pu être vitale pour éviter que les Allemands ne débouchent ici aussi, alors que s’engageait la bataille de la Marne. Juste avant Saint-Dié, après avoir passé Etival (où j’apercevrais au retour, en bord de nationale, le château qui servit de repos au bataillon Barberot, après les combats éprouvant de la cote 627 en février – mars 1915), le début du véritable parcours commence. Une sortie à droite et le paysage change aussitôt….

StjeanOrmont1La vallée du Hure est résolument rurale : paysage alternant champs et bois, vallonnée, la petite route serpente jusqu’au petit village de St Jean d’Ormont (11 km plus loin). Arrêt devant la petite mairie. Le village n’est pas très grand. Le guide Michelin indique que c’est d’ici que les opérations étaient coordonnées. Était-ce dans la mairie (très petite) ou dans une maison réquisitionnée, rien n’est précisé. En revanche, le village garde un charme certain, avec de très belle maisons vosgiennes. Le village semble avoir été épargné par la guerre. Lire la suite »


Affiche officielle des commémorations 2015 des combats dans les Vosges à la FontenelleLa Fontenelle – cote 627 – est un des hauts lieux des combats dans les Vosges, où se sont illustrés plusieurs régiments dont le 23e RI et le 133e RI. Le bataillon du commandant Barberot participe à sa reprise aux Allemands en septembre 1914 et le transforme en une position fortifiée redoutable. Il est déplacé non de loin de là vers l’Ormont où il renouvelle l’opération. En février et mars 1915, son bataillon est appelé pour stopper la contre-attaque allemande qui fait suite à l’attaque désastreuse française de fin janvier.  Il y parvient après des combats éprouvants et l’usage intensif des mines et contre-mines. L’offensive à Metzeral en juin 1915 puis sa nomination au 5e BCP ne le font pas participer au dernier épisode important de cette position à l’été 1915. Alors que les Allemands profitent de l’absence du 133e RI déplacé vers la vallée de la Fecht pour conquérir la position le 21 juin 1915, les français (notamment l’ancien bataillon « Barberot ») parviennent à la reprendre le 8 juillet et à la conserver jusqu’à la fin de la Guerre.

Autour des combats de la Fontenelle sont organisés cette année de nombreux événements.  Monsieur Yann Prouillet, en charge du centenaire dans le département des Vosges, m’a aimablement communiqué le détail : Programme Centenaire Fontenelle. Lire la suite »