Panneau direction La Fontenelle

Plusieurs articles sont parus cette semaine sur l’avancement du dossier franco-belge de classement de 135 sites de mémoire au patrimoine de l’Unesco (voir l’article publié sur ce blog en novembre 2015). France Bleu (Trois nécropoles vosgiennes bientôt au patrimoine mondial de l’Unesco ?), Épinal Infos (Les nécropoles de la Fontenelle, de la Chipotte et des Tiges peut-être bientôt au Patrimoine mondial de l’Humanité) et Vosges Télévisions ont notamment relayé l’information sur leurs sites web respectifs. Parmi les lieux prévus au classement, celui de La Fontenelle, dans la commune du Ban-de-Sapt. Lire la suite »


Lorsque paraissent en 1925, dans les Carnets de la Sabretache, les écrits du lieutenant Barberot lors de son séjour à Madagascar, c’est un certain commandant Henry Martin qui préface la publication. Je retrouverai sa carte de visite, glissée dans l’exemplaire trouvé par hasard dans la bibliothèque de mes grands-parents. Ce nom, je vais aussi le retrouver à de multiples reprises dans mes recherches, jusqu’à récemment, dans l’ouvrage Les Généraux Français de la Victoire, ouvrage consacré aux généraux français qui dirigèrent l’armée française de retour dans la guerre, de 1942 à 1945. A l’occasion de la parution de cet ouvrage, retraçons le parcours de cet officier discret mais remarquable, qui restera fidèle jusqu’à sa mort à ses anciens camarades du 133e RI.

Lire la suite »


Pourquoi associer dans un article de ce blog le nom de Joseph Joffre et de Charles Barberot ? Tout simplement, parce que le généralissime rencontre à plusieurs reprises la trajectoire du commandant. Certes, le généralissime diffère en plusieurs points : 24 ans de différence ; méridional plutôt que de l’Est; officier de génie et non de l’infanterie. Mais les deux hommes sont forgés dans le creuset des cadres militaires français qui s’engageront en 1914 : l’aventure coloniale française de la fin du siècle. Lire la suite »


commandant-piebourgDans les Annales de l’Ain consacré à l’année 1915, un long article d’Alain Gros est consacré à plusieurs écrivains de la Grande Guerre. Parmi eux, un officier du 133e RI, le commandant Jacques Piébourg. En écho à cet article, voici un résumé du parcours de cet officier tombé le 18 août 1918.

Né le 16 février 1879 à Fontainebleau, Alfred Jacques Marie Pierre Piébourg est issu d’une famille bretonne, avec toutefois un grand-père maternel alsacien, juge à Strasbourg. Son père est officier. Il réside à Brest lorsqu’il intègre l’école militaire spéciale de Saint-Cyr en 1899. Sorti 438e sur 546 élèves en 1901 (promotion IN SALAH), il rejoint comme sous-lieutenant le 133e RI en 1901 à Belley. Il passe lieutenant en 1903. En 1904, il épouse Louise Lorette, dont il aura deux filles. Il réside notamment au Fort de Pierre-Châtel, de 1908 à 1910. Pendant cette période, le lieutenant fréquente les autres officiers, dont le capitaine Barberot. Lire la suite »


progres del yonLe quotidien Le Progrès a consacré dans son édition du dimanche 6 novembre 2016 un article au numéro spécial 2016 des Nouvelles annales de l’Ain publié par la Société d’émulation de l’Ain (détaillé ici sur ce blog). Le journaliste donne un résumé positif de la publication et écrit notamment :

Fort documenté et illustré, l’ouvrage révèle maints détails de la vie quotidienne dans les tranchées, les conditions extrêmes et aussi la fraternité entre les hommes de tous rangs qui régnait. Lire la suite »