Alors que les jeux olympiques d’hiver viennent de s’achever, Eric Mansuy (contributeur régulier à ce blog) a porté à mon attention l’histoire du lieutenant Henri Edmond Bonnefoy, commandant la 12e compagnie du 133e RI, tué à Thann, et … première victime médaillé olympique de la Grande Guerre. Voici en quelques lignes le parcours de cet officier prometteur.

Lire la suite »


Samedi 8 juillet 2017 au soir a eu lieu à l’église de l’Emm une cérémonie à la suite de l’inscription du nom du commandant Barberot Barberot l’année dernière sur l’une des plaques de l’église (lire Le nom du commandant Barberot inscrit dans l’église de l’Emm le 2 mai 2016, sur ce blog). Une cérémonie qui est venu clôturer une initiative qui naquit lors de ma première visite à l’église en juillet 2015. Lire la suite »


(cet article prolonge Le col des Journaux revisité (3/3) : les témoignages)

Suite à la publication des témoignages sur les combats du col des Journaux, Eric Mansuy – que je remercie vivement – m’a indiqué quelques autres écrits, et transmis notamment un extrait du carnet du soldat Joseph-Eugène Comte, sous forme de notes manuscrites. Rappelé au sein de la 1ère compagnie du 1er bataillon du 133e régiment d’infanterie, son témoignage présente une belle main courante, vécu au niveau des yeux du soldat. J’ai donc transcrit la totalité de l’extrait pour le partager avec l’ensemble des lecteurs de ce blog.

Lire la suite »


(cet article fait suite au deuxième épisode : Le col des Journaux revisité (2/3) : la chronologie des combats)

Les combats autour des cols, et plus particulièrement ceux concernant le col des Journaux et de Mandray, ont fait l’objet de plusieurs écrits de témoignage. Ces écrits sont soit a posteriori, lors de l’écriture des souvenirs de cette période (comme pour le soldat Fénix), soit dans des carnets (comme pour le médecin aide-major Joseph Saint-Pierre), soit dans des courriers… Dans ce dernier cas, les lettres sont souvent datées des dernières jours, quand les combattants avaient enfin un peu de temps pour écrire à leurs proches. Écrits du début de la guerre, elles en gardent les traces par un discours qui ne montre pas encore l’usure de la guerre de tranchées. Elles n’en fournissent pas moins un témoignage intéressant sur le vécu de chaque combattant, une facette « de l’intérieur » par rapport aux chronologies, récits régimentaires et journaux de marche.

Lire la suite »