Près de 34 personnes se sont retrouvés le vendredi 27 septembre 2019 au centre de loisirs à Nayemont Les Fosses pour écouter l’intervention de Jean-Claude Fombaron sur le piton du Spitzemberg pendant la Grande Guerre. Yann Prouillet et Michel Colin qui étaient présents m’ont donné quelques éléments sur cette conférence que je reprends ci-dessous.

Dans sa présentation, Jean-Claude Fombaron a conservé une  place importante (et illustrée) aux combattants allemands et à l’image de ce que furent les circonstances et la morphologie de ce combat de montagne.

Chronologie des premiers combats

C’est d’abord une chronologie qui reprend les différentes phases du conflit autour du piton.

Après un début de guerre très facile pour les français,  avec une descente jusqu’à Schirmeck, les troupes bavaroises repoussent rapidement les français sur les Vosges et prennent l’Ormont et le Spitzemberg. Cette prise correspond à la volonté allemande d’aller au plus vite a Épinal pour accéder aux voies ferrées. Peut être Paris est-il la destination ultime ?

Les revers subis amènent rapidement une réorganisation de l’armée française et la mise en place de barrages sur toutes les crêtes des Vosges fin août. Cette mise en ordre de bataille comprend aussi le secteur de Provenchères ainsi que la reprise du Ban-de-Sapt et la Fontenelle pour verrouiller les passage ( notamment le Col de Saales).

Dans la foulée de ces opérations débute la reprise du Spitzemberg les  16, 17 et 18 septembre 1914. A partir du 19 septembre, alors que les français ont repris le contrôle du secteur, se déroule un bombardement intensif  du plateau supérieur du Spitzemberg par les Allemands. L’artillerie allemande est dirigée par un poste d’observation en ballon au dessus du Climont. Mais ces actions ne permettent à aucun moment la reprise du massif ni le secteur de l’Ormont ou du Ban-de-Sapt. C’est pendant ces combats que le grand-père de Michel Colin – Charles Thomas, caporal du 152e RI –  est blessé par éclat d’obus au bras.

Après les combats de septembre débute une cristallisation du secteur, chaque camp procédant à une consolidation des positions. Le front ne changera pas ici jusqu’à la fin de la guerre.

Les conditions du combat

Les combats de 1914 sont difficiles, faits avec peu de moyens, en foret, parmi les roches. L’armée française dispose de  peu d’artillerie, qui est aussi difficile à utiliser sur ce terrain. Les uniformes des fantassins sont peu adaptés au combat. Le sac à dos reste porté durant toute la journée. Quant à la fatigue due aux nombreux déplacements à pied et le manque de sommeil, ils affectent la troupe. Le ravitaillement ne parvient pas aux combattants souvent disséminés par petites troupes sur les versants de la montagne, notamment avant le 15 septembre.

Débat et conclusion

Un débat en fin d’intervention a porté sur le flou toujours actuel sur les chiffres réels des pertes au cours de l’un des derniers accrochages précédent la cristallisation du front dans la vallée de la Fave. Plus largement, un travail de synthèse autour de ce champ de bataille serait finalement la bienvenue.

Sources

Une bibliographie des combats dans le secteur est fourni par Yann Prouillet:

Côté article, le meilleur est certainement celui publié dans  14-18, le magazine de la Grande Guerre n°52 (février-avril 2011) : Les « Diables Rouges » au Spitzemberg (15-25 septembre 1914), par Romain Sertelet.

A noter aussi l’article et le reportage publié ici sur ce blog.

Étiquettes : ,


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :