Charles VuillermetParmi les ouvrages publiés autour des combats dans les Vosges et le 133e RI, celui de Michel Perrier sur Charles Vuillermet est remarquable. Une riche iconographie, un beau parcours, un texte fouillé sont autant de raisons qui m’ont amené à l’acquérir. Son prix élevé de 30 € est amplement mérité par sa qualité d’impression.

Toutefois, son éditeur, les éditions du Vieil Annecy, a annoncé la cessation de son activité. Yann Prouillet, des éditions Edhisto (qui le diffusait sur son site), a pu en récupérer le stock et peut en poursuivre la diffusion. Il reste toujours disponible sur la boutique.

Le livre est présenté de manière succincte par Edhisto :

Charles Vuillermet commence la guerre comme sergent mitrailleur au 133ème régiment d’infanterie de Bellay (Ain) qui stationne au Bande-Sapt (Vosges) de septembre 1914 à juin 1916. Passé lieutenant, il décède le 2 juin 1918 à Bussiares (Aisne) en léguant à l’histoire un matériau considérable d’écrits, carnets, correspondances, dessins,photos, etc., tous inédits, qui sont présentés par Michel Perrier, son biographe.

Toutefois, un résumé plus détaillé de son parcours a été publié ici, sur le site du CRID. Par rapport au commandant Barberot, Vuillermet fait partie d’un autre bataillon, le 2e. Il participe néanmoins aux mêmes combats, notamment à La Fontenelle et à la cote 830 (à noter sur ce point que l’ouvrage comporte comme d’autres une erreur que j’avais mentionné dans un article de ce blog). Comme artiste, il dessine à ses heures perdues son environnement quotidien, dont le champ de bataille de la Fontenelle. A noter aussi que Charles Vuillermet est à l’origine du lion du 133e régiment d’infanterie, inspiré de celui de Belfort.

A découvrir donc !

Étiquettes : , , ,


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :