(suite de l’épisode 2 – Cote 627 – La Fontenelle)

Après la visite du site de La Fontenelle, je pars en direction du deuxième site tant mentionné par le commandant Barberot dans ses courriers : le Spitzemberg et la montagne de l’Ormont. Il occupera cette zone, après la cote 627, pendant plusieurs mois, et y procédera à de nombreux aménagements. Ses courriers décrivent en détail la position qu’il aménage. Il mentionnera peu de Ruine de Gemainfaingcombats, seulement des échanges de tirs.

Sur la route, je croise le hameau de Gemainfaing. Sur ce site aussi, le 133e RI et le bataillon Barberot ont effectué de longs aménagements en septembre/octobre 1914. Le guide Michelin indique que le vieux village est resté en ruïne. Je le recherche donc, mais ne croise que de nouvelles maisons et une grande ferme. Seul une bâtisse ancienne sans toit, que côtoie une maison plus récente peut être vu. Mais est-ce bien une ruïne de 1914-1918 ? Lire la suite »


Ordre Attaque Commandant Barberot cote 830

Il arrive qu’une erreur introduite dans un livre « de référence » amène par la suite sa diffusion dans tous les ouvrages qui le reprennent comme source. L’ordre du jour qui fut lu avant l’attaque de la cote 830 le 15 juin 1915, en est un exemple.

Rappelons ce texte, aux accents épiques, prononcé avant l’assaut :

Nous avons été placés au poste d’honneur. Nous allons attaquer au milieu de troupes d’élite: les chasseurs alpins. Je sais que vous avez confiance en moi, comme j’ai confiance en vous; je sais que vous avez à maintes reprises déclaré que vous me suivriez partout où je vous conduirais. C’est le moment de tenir votre parole. C’est le moment de montrer aux chasseurs que nous les valons largement. C’est le moment de penser au pays et de marcher sans hésiter pour son indépendance et pour sa gloire.

En lisant l’ouvrage La bataille des Hautes-Vosges: février–octobre 1915 (considéré comme un « basique »), le général Armau de Pouydraguin l’attribue au lieutenant-colonel Baudrand. Or je dispose de l’ordre d’attaque détaillé du commandant Barberot, pour cette journée. Et l’ordre du jour est bien rédigé de sa main, en annexe. Je précise donc l’erreur en note bas de page dans mon ouvrage.

Ordre Attaque Commandant Barberot cote 830
Lire la suite »


(suite de l’épisode 1 Saint-Jean d’Ormont)…

LaunoisJe quitte la tombe du lieutenant-colonel Dayet et Saint-Jean d’Ormont pour me diriger vers le haut-lieu des combats de la zone : la cote 627, sur laquelle se dresse la nécropole de La Fontenelle. Le site n’est qu’à peu de distance, et bien indiqué. Rapidement, on rencontre un premier hameau de la commune de Ban-de-Sapt, Launois. Le guide Michelin indique que les lignes allemandes passaient par ici. Je mettrai un peu de temps, à vrai dire au retour du voyage, pour bien comprendre comment les lignes françaises et allemandes étaient disposées. L’accès aux sites et les routes actuelles sont un peu trompeuses. Mon sens de l’orientation peut-être aussi… Lire la suite »


Je commence mon arrivée à Nancy en train, où je récupère une voiture. Mon premier objectif est de rejoindre la vallée du Hure, Saint-Jean d’Ormont puis le site de la cote 627 – La Fontenelle. Comme la fois précédente, je suis frappé sur la route de la « platitude du parcours » vers Saint-Dié. On comprends qu’en 1914, la défense des cols vosgiens ait pu être vitale pour éviter que les Allemands ne débouchent ici aussi, alors que s’engageait la bataille de la Marne. Juste avant Saint-Dié, après avoir passé Etival (où j’apercevrais au retour, en bord de nationale, le château qui servit de repos au bataillon Barberot, après les combats éprouvant de la cote 627 en février – mars 1915), le début du véritable parcours commence. Une sortie à droite et le paysage change aussitôt….

StjeanOrmont1La vallée du Hure est résolument rurale : paysage alternant champs et bois, vallonnée, la petite route serpente jusqu’au petit village de St Jean d’Ormont (11 km plus loin). Arrêt devant la petite mairie. Le village n’est pas très grand. Le guide Michelin indique que c’est d’ici que les opérations étaient coordonnées. Était-ce dans la mairie (très petite) ou dans une maison réquisitionnée, rien n’est précisé. En revanche, le village garde un charme certain, avec de très belle maisons vosgiennes. Le village semble avoir été épargné par la guerre. Lire la suite »


MichelinBatailleAlsaceMoselleLa géographie des lieux est essentiel pour mieux comprendre un parcours. Je n’avais pourtant eu que deux rares et rapides occasions pour me rendre sur les lieux du commandant Barberot. En même temps, une bonne connaissance préalable de ce même parcours est essentielle pour mieux comprendre la géographie. Après la publication de mon livre et les nombreux échanges qui en ont résulté avec mes lecteurs, il était donc temps d’aller suivre la piste du commandant Barberot, ce qui a été possible pour une première étape le 18 et 19 juillet 2015 dernier. Lire la suite »