Suite à la publication d’un article dans Vosges Matin le 29 septembre dernier (cliquez dessus pour l’agrandir), Via Vosges a diffusé le 23 octobre 2018 dernier un reportage sur le Spitzemberg, piton âprement disputé par le 152e RI en septembre 1914, puis fortifié par le commandant Barberot. Dans ce reportage, Yann Prouillet revient notamment sur le rôle important du commandant dans l’aménagement du site après la stabilisation du front.

Lire la suite »


Ce blog continue de retisser des liens entre les combattants d’hier et leurs descendants d’aujourd’hui. Laurent Lavallière, arrière-petit-neveu du capitaine Paul Henri Camus m’a ainsi transmis le parcours de cet officier du 5e Bataillon de Chasseurs à Pied, blessé notamment à l’Hilsenfirst le 18 juin 1915, quelques jours avant la prise de commandement du commandant Barberot. Son nom faisait partie de l’étude très fouillée d’Eric Mansuy sur l’hécatombe des cadres du 5e BCP, publiée ici sur le blog. C’est bien entendu l’opportunité de rendre hommage – grâce au travail de Laurent Lavallière –  à cet officier issu du rang, blessé à deux reprises et disparu le 24 août 1916 sur la Somme.  Lire la suite »


C’est toujours avec plaisir et fierté que je reçois des sollicitations autour du commandant Barberot ou de Louis de Corcelles, à travers ce blog ou les deux ouvrages que j’ai publiés. J’ai reçu récemment une demande d’aide pour un projet pédagogique portée par madame Marie Cécile Guerrisi, enseignante à l’école primaire de Chazey-sur-Ain. A l’occasion du centenaire, elle a inscrit ses élèves de CE2/CM1  au concours « des petits artistes de la mémoire » et les lance sur les traces du soldat Louis de Corcelles, né dans leur commune.

Lire la suite »



Au fil du temps, les articles de ce blog continuent de tisser des liens au delà du temps, avec les descendants des hommes du 133e RI. C’est bien entendu une grande satisfaction. Après madame Françoise Mourlin, petite nièce du sous-lieutenant Millet, c’est monsieur François Desbazeille, petit-fils du lieutenant Henri Desbazeille que l’article des « Les tués du 133e RI à La Croix-aux-Mines » a fait réagir. Son grand-père qui repose avec les quatre autres officiers sous la grande pierre du carré militaire, tomba le même jour que le sous-lieutenant Millet, lors de la sanglante journée du 30 août. Cet article rend hommage à cet officier de réserve, fils et petit-fils de bijoutiers réputés à Paris, et lui-même bijoutier.

Lire la suite »