Les lecteurs réguliers de ce blog ont pu le constater : il s’est assoupi depuis la rentrée de cette année. Je profite donc de cette fin d’année pour donner quelques nouvelles, et souhaiter à tous une excellente année 2018.

Hartsmannswillerkopf

Durant ces derniers mois, l’actualité 14-18 du front des Vosges a été dominée par l’inauguration du mémorial franco-allemand du Hartsmannswillerkopf le 10 novembre 2017, par le président de la république (voir ici l’article publié par le quotidien La Croix). Deux personnes régulièrement citées sur ce blog, Florian Hensel et Yann Prouillet, ont contribué activement à ce projet. Florian Hensel, commissaire d’exposition, a d’ailleurs publié avec Thierry Ehret un ouvrage sur cette bataille.

Comme pour la bataille du Linge, la question des tués et pertes a donné lieu à de nombreuses erreurs dans la presse. Eric Mansuy dont les travaux récents sur le Linge font peu à peu référence (voir notamment cet article sur ce blog), a d’ailleurs commenté ce sujet sur le forum 14-18. Il est intéressant de noter dans les sources citées par Eric celle du maréchal Pétain. Ce dernier lie l’ensemble des combats du secteur en un ensemble unique :

« Il faut qu’on n’oublie pas que sur ce champ de combat, qui n’a pas 3 kilomètres, 10.000 des nôtres sont tombés, sans compter nos amis américains ; que plus de 20.000 autres sont morts dans ces bois et sur ces crêtes que l’on voit de l’Hartmannswillerkopf : le Sudel, l’Hilsenfirst, le Linge, et tant d’autres. »

Descendants de combattants

Les nombreux articles sur ce blog continuent de tisser des liens durant ces derniers mois avec les descendants des combattants tombés sur le front des Vosges. Il y a d’abord monsieur Jehan de Monleon, petit fils du sous-lieutenant Jehan Henri Paul Charles Ernest de Monleon, qui a réagi au remarquable article d’Eric Mansuy, « L’hécatombe des cadres du 5e bataillon de chasseurs à pied au Linge« . Ce même article a fait réagir monsieur Daniel Bridon, dont un ancêtre, Victor Théophile Nicaud a disparu le 22 mai 1914 au combat d’Ingersheim.

L’article consacré au caporal Janéaz a fait réagir monsieur Gallot, dont l’oncle Pierre Gallot de la classe 1911 perdra la vie le matin du 19 juillet 1918 du côté de Licy sur Clignon. Pierre Gallot était mitrailleur à la 2 compagnie du 133e RI.

Enfin, madame Françoise Mourlin a retrouvé le fil perdu de son grand-oncle, le sous-lieutenant Henri Millet, l’un des officiers du 133e RI enterrés à La Croix-aux-Mines. Peut-être pourrons nous publier un hommage spécifique à ce combattant en 2018.

Tombe du commandant Barberot

Lors de la (re)découverte de la sépulture du commandant Barberot (voir l’article ici), j’avais émis le souhait d’une remise en état. Ce sera chose faite en 2018 pour les fondations qui présentaient une détérioration.

Louis Chevrier de Corcelles

L’une des principales explications de mon silence ces derniers mois est le temps consacré à un projet de réédition commentée des lettres de l’aspirant Louis Chevrier de Corcelles, projet que Yann Prouillet m’avait proposé il y a maintenant un an. Ce combattant a été souvent cité sur ce site (voir notamment L’assaut de la cote 830 raconté par Louis Chevrier de Corcelles et La nouvelle année du soldat Louis Chevrier de Corcelles). Ces courriers sont un récit remarquable des combats du 1er bataillon du 133e RI, que son père publia en 1921 sous forme de livre, à un tirage très limité, et la réédition permettra de lui donner une visibilité nouvelle. En cette fin d’année, ce travail rentre dans sa dernière ligne droite, et l’ouvrage devrait être publié dans les prochains mois. Bien entendu, des détails suivront sur ce blog…

 

 

 

Étiquettes : ,


    • JANEAZ Véronique

    • 30 décembre 2017

    • 18:30

    • Répondre

    Bonsoir monsieur,

    Un grand merci pour ces rassurantes nouvelles.

    Que cette nouvelle année qui s’approche -celle d’un autre centenaire- soit riche de nouvelles découvertes, et surtout excellente et heureuse pour tous !

    Lors de mon escapade vosgienne cet été, j’ai fais une halte à Metzeral;
    L’église de l’Emm est un mémorial très touchant, perché sur sa colline, dominant le village.
    L’intérieur est particulièrement beau, et c’est avec plaisir que j’ai pu y découvrir le nom de votre grand’oncle -le commandant Charles BARBEROT-, aux côtés de magnifiques sculptures sur bois.
    Félicitations pour cet hommage !
    Belle et heureuse année 2018
    Bien cordialement
    Véronique JANEAZ

    • Philippe van Mastrigt

      Bonsoir madame,

      merci pour votre commentaire et vos voeux, et le petit témoignage de votre passage à l’église de l’Emm.

      Bien à vous.

Laisser un commentaire